Ecolesup
Vous êtes ici:  / Ecole supérieure du web : quelle formation pour quel métier ?

Ecole supérieure du web : quelle formation pour quel métier ?

Dans le secteur du web, des métiers ont existé sur d’autres supports, avant que certains ne voient le jour avec l’ascension fulgurante de l’Internet puis le développement des téléphones intelligents et des tablettes. Tous autant qu’ils sont, ces métiers ont cela d’intéressant qu’ils permettent de joindre l’utile à l’agréable en alliant passion pour les nouvelles technologies et l’informatique, la création, l’écriture ou le marketing…

Toutefois, en perpétuel mouvement, le secteur est réputé pour être instable. Pour espérer y réussir une carrière durable, il est aujourd’hui indispensable de suivre une formation supérieure de grande qualité et d’acquérir des compétences spécialisées.

Zoom sur le secteur d’activité

De nos jours, Internet est devenu une industrie à part entière, régie par les mêmes règles que l’économie traditionnelle.

La France fait partie des pays les plus connectés au monde. Selon les résultats des études menées par la société Médiamétrie en 2013, le pays comptait quelque 43,2 millions d’internautes, 27 millions de mobinautes et 11,2 millions de tablonautes, ou utilisateurs de tablettes.

Ces différents chiffres témoignent de l’omniprésence de l’Internet dans notre quotidien. Il s’agit tout d’abord d’un outil de communication et d’information, mais il permet également de faire des achats, de jouer etc…, Sans oublier bien-sûr qu’il demeure un outil professionnel incontournable.

D’après la plateforme metiers.internet.gouv.fr, le web regorge d’une quarantaine de métiers phares, regroupés en 5 grandes familles de fonctions. Et s’il est un peu difficile d’estimer avec exactitude le nombre de personnes travaillant dans le domaine du web, en France, on peut néanmoins affirmer avec certitude la place prépondérante de l’Internet dans le monde de l’entreprise. Les opportunités de carrière ne manquent pas dans ce secteur très dynamique qui ne connait pratiquement pas la crise.

Les métiers techniques

Le secteur du web, c’est environ 36 700 emplois qui seront créés d’ici 2018, selon les prévisions du Syntec Numérique. Parmi eux, les profils techniques seront particulièrement à l’honneur. Il s’agit des spécialistes de la sécurisation des données, des chefs de projets web, des développeurs, des spécialistes du Cloud computing, des architectes en système d’information, des hébergeurs web…

Au regard de la complexité des différentes tâches associées à cette famille de métiers web, une formation très qualifiée est requise, pour prétendre à une carrière durable dans le secteur.

Les métiers de la production de contenus

L’avènement des moteurs de recherche a largement révolutionné les stratégies de communication des entreprises qui sont de plus en plus orientées vers la digitalisation de leurs différentes politiques. Actuellement, tout se passe en ligne, et être sur Internet est devenu comme un passage obligé pour les entreprises dans le processus de développement et de pérennisation de leurs activités.  Et si les grands comptes ont vite compris cette nécessité de s’attacher les services de spécialistes capables de mieux gérer les contenus en ligne de leurs marques, nombreuses sont les entreprises qui commencent à intégrer ce type de compétences dans leurs équipes de travail. La production et la gestion de contenus de sites web sont des tâches généralement confiées à des responsables éditoriaux en charge d’une équipe rédactionnelle constituée de web-rédacteurs, community managers, bloggeurs.

Les métiers de la création web

Les sites web sont aujourd’hui devenus un outil incontournable dans le monde professionnel. Ce sont des plateformes numériques qui permettent aux entreprises de parler d’elles, proposer ou vendre leurs produits en ligne. Cependant, au-delà de la création technique, la rentabilité d’un site dépend en partie de son aspect graphique. Les métiers sont variés pour la création et la gestion des contenus de sites : directeur artistique, webdesigner, concepteur réalisateur, graphiste multimédia.

Les métiers du webmarketing

Ils s’occupent de la visibilité des entreprises, leur permettent de gagner en notoriété et des parts de marché. Les métiers du webmarketing constituent un levier incontournable des ventes en ligne et les postes les mieux connus sont ceux du responsable e-commerce, chef de projet e-CRM, traffic manager, chargé de référencement web, web-planner…

Pour évoluer dans le domaine du webmarketing, il est recommandé d’envisager l’obtention d’un diplôme d’école de commerce ou un master professionnel spécialisé en e-marketing et e-business.

Les métiers de la gestion de projet

Ces métiers comptent dans leur rang des fonctions comme le webmaster, chef de projet multimédia, consultant internet, consultant e-business. En charge d’une équipe de travail, leur mission est de piloter un projet web, tout en s’assurant de sa réalisation dans le respect du budget et des délais prévus.  Ils sont aujourd’hui très présents dans les services informatiques et web au moment même où les objectifs deviennent de plus en plus complexes. Importants pour la réalisation efficace d’un projet web, l’enjeu principal de leur fonction est d’assurer la satisfaction de l’utilisateur.

Les formations pour exercer les métiers du web

L’avènement du web a changé le visage de certains métiers, mais a surtout favorisé la création de plusieurs autres. Le secteur d’activité très dynamique et les compétences recherchées sont aussi nombreuses que variées à l’image de la diversité de ses métiers. On assiste depuis un certain moment à la professionnalisation du secteur et à la conception de nombreuses formations dédiées. Toutefois, en choisissant une formation qui propose des stages et une immersion en entreprise vous faites le choix d’un parcours qui booste l’employabilité et facilite l’insertion professionnelle.

Selon les résultats de l’enquête de 2012 sur les métiers et parcours du web, conduite par La Tribu du web (France et Belgique), plus d’un actif sur 2 évoluant dans le secteur du web sont titulaires d’un diplôme supérieur bac + 2. D’autre part, les autodidactes ne représentent que 4 % des effectifs. Un tiers des professionnels sondés sont issus de formations du marketing, de la communication et du management, contre 30 % pour les filières spécialisées dans les TIC.

Afin de mieux correspondre aux besoins de recrutement, les établissements supérieurs de commerce et les écoles d’ingénieurs conçoivent des modules de formation en lien avec le web et le numérique de façon générale. Des cycles de spécialisation sont proposés en e-business, à bac + 5 et bac + 6, dans le cadre de masters et de mastères spécialisés. Cependant, compte tenu de la crise, les entreprises tablent plus sur les profils bac+2 pour occuper des postes de développeurs, par exemple. Les BTS informatique et réseaux, les DUT  Statistique et informatique décisionnelle (STID) et Réseaux et télécommunications jouissent des taux d’insertion professionnelle avoisinant les 90 %, six mois après la formation.