Ecolesup
Vous êtes ici:  / Le point sur les écoles supérieures de design

Le point sur les écoles supérieures de design

Intégrer une école supérieure de design, ou plus généralement d’art, est une entreprise qui nécessite persévérance et motivation. Avec des études qui vont de 3 à 8 ans, il est possible de suivre un cursus en école spécialisée publique ou privée, ou encore en université. Concernant les diverses formes du design et de l’art, ces écoles et lieux d’études attirent de nombreux profils, tous motivés par la création et la conception, la mise en forme d’idées et d’envies, de rêves et de pensées, d’aspirations et d’espoirs…

Les différentes formes du design

Les écoles d’art et de design vont de pair et sont souvent les deux faces d’une même entité. En effet, elles prévoient le plus souvent une première année générale entre ces deux aspects de la création. Si l’une se spécialise dans l’art, principalement graphique, comme la peinture, la sculpture, la photographie, le cinéma… l’autre s’attache au monde du design, et peut toucher autant le design graphique que sonore ou encore d’espace, etc.

Ainsi, afin de bien cerner l’ensemble des possibilités offertes aux étudiants par ces écoles, il est essentiel de faire la part des choses. Aussi, la compétitivité y est très importante, ce qui peut résulter sur un contexte stressant et très demandeur en énergie et en investissement personnel. Bien que très différentes, les sections art et design attirent un grand nombre d’étudiants, toutes pratiques et spécialisations confondues. Il sera alors possible dès l’année propédeutique (1ère année en tronc commun) de se former à des pratiques dites « traditionnelles », comme le dessin, la peinture, la sculpture, la perspective, l’anatomie, etc. Il est également possible de se former aux nouvelles formes de l’art, comme les arts génératifs, les arts numériques ou encore le développement d’applications et la conception graphique assistée par ordinateur.

Ce sera donc dès la seconde année de ces écoles supérieures d’art que les étudiants seront amenés à se spécialiser dans telle ou telle discipline, et ainsi viser le monde de l’art, ou bien celui du design.

Les diplômes du design

Qu’il s’agisse de la section art ou de la section design, les écoles supérieures donnent accès à un diplôme en 5 ans, le DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique). Il est reconnu sur le plan national, mais également international, et a la valeur d’un master.

Également, l’aspect technique de ces secteurs étant essentiel, de nombreuses formations permettent par exemple l’accès à :

  • un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) ;
  • un DMA (Diplôme des Métiers d’Art) ;
  • une Licence Pro ;
  • un diplôme d’école ;
  • un DSAA (Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués).

Enfin, il est possible d’être diplômé d’une université qui propose un cursus en lien à l’art ou au design. Ces enseignements permettent alors l’accès à une Licence, puis un Master et enfin un Doctorat en lien avec les mondes de l’art et du design. Ils ouvriront sur les métiers de l’enseignement ou de la recherche dans ces mêmes domaines.

Également, un certain nombre d’écoles privées permettent l’accès à des diplômes de plus ou moins bonne valeur. En effet, le choix d’un cursus en fonction de son prix d’accès n’est pas nécessairement synonyme de qualité. Cependant, si certaines écoles privées sont les seules à proposer certains enseignements, il est essentiel au préalable de se renseigner sur la qualité de reconnaissance du diplôme proposé.

Les débouchés dans le monde de la création

Quel que soit la direction adoptée durant l’enseignement en école supérieure d’art et de design, les diplômés devront se présenter à la Maison des artistes, qui est le système de cotisation lié au monde de l’art en France.

Les métiers rendus accessibles par les études d’art et de design sont aussi divers que variés. En effet, comme indiqué plus haut, les diplômes universitaires permettent de se former à l’enseignement.
Notons également que l’Hexagone compte environ 50 000 artistes plasticiens (données basées sur les inscriptions réalisées auprès de la Maison des Artistes). Sur cet ensemble de professionnels des arts, environ un cinquième est au chômage. Activité fluctuante, l’art présente le risque de ne pas pouvoir être vécu à plein temps. De nombreux lauréats décident ainsi de compléter leur emploi du temps par une vacation dans l’enseignement, l’animation culturel ou encore en se rapprochant d’un métier d’exposition ou tout type de manifestation artistique et culturelle.

La France compte plus de 30 000 designers (source : Agence pour la Promotion de la Créativité Industrielle). Si certains optent pour un mode salarial sécurisant, d’autres préfèrent se lancer dans l’aventure de l’auto-entreprenariat, et ainsi gagner en indépendance et liberté quant au choix des clients, des missions, et des diverses actions de conception et création à mener. Ainsi, la moitié de ces designers sont spécialisés dans le design de produit. Le reste se partage entre le design d’espaces (intérieur, avec l’architecture et la décoration d’intérieur, comme extérieur, architecte paysagiste par exemple), le graphisme (actions de communication multi surfaces, création d’identités, de sites web, ou encore d’applications, de logiciels, et tout ce qui touche à l’image en général), le design sonore (métiers de l’audio-visuel ou de l’art musical), ou encore le design textile (créateur, ingénierie textile, etc.).

Enfin, de nouveaux secteurs du design, soutenus par l’apparition et la promotion des nouveaux médias et des nouvelles technologies, se développent un peu plus chaque année, et sont annoncés comme de futurs incontournables du design : le design environnemental, le design d’interaction, de service, le retail (architecture intérieure spécialement destinée à une utilisation commerciale), la scénographie, etc.

Ce qu’il faut retenir

On l’aura compris, l’expression « des goûts et des couleurs, on ne discute pas » ne se sera jamais aussi bien appliquée à un domaine d’expertise. En effet, les mondes de l’art et du design, conjointement, sont les deux faces d’une même pièce, celle de la création et de l’innovation. Ainsi, quelle que soit la voie choisie, tous les aspirants aux fonctions créatrices se doivent d’être en phase avec les attentes du temps, mais également avec les tendances actuelles et passées, pour toujours se placer légèrement en avance sur leur temps, et ainsi devenir des initiateurs de tendances…